Warning: substr() expects parameter 3 to be integer, string given in /home/girona-city/www/wp-content/mu-plugins/myfilter.php on line 5

La Gérone juive


Gérone possède l’un des quartiers juifs les mieux conservés d’Europe. Sa forme urbaine, ses rues étroites et le fait que certaines d’entre elles sont restées fermées pendant tant d’années ont rendu possible que la spéculation qui a tant endommagé la ville pendant les années sous le régime de Franco n’a heureusement pas atteint cette partie de la ville.

5 choses importantes à voir

1. Musée d'histoire juive

Le visiteur qui se promène dans l’Appel doit se rendre au Musée d’histoire juive où se trouve une exposition permanente sur le mode de vie des Juifs. À l’intérieur, vous pouvez voir une collection de pierres tombales provenant de cimetières hébraïques qu’il y avait à Girona, en dehors d’autres objets et de vieux passages de la Torah. Récemment, certains restes d’un “Mitzvè” (un bain féminin rituel) ont été découverts, ce qui souligne l’importance de cette collection et respire les essences d’un passé que l’on peut encore saisir de nos jours grâce au contenu magique de ce musée.

Musee d'histoire juive Girona

2. ``Mezouzàh``

Il est connu sous le nom de “mezouzàh”, le parchemin roulé qui contient deux versets de la Torah précédés de la phrase “” Écoute, Israël, l’Éternel est notre Dieu et il a été placé dans une fissure faite dans le côté droit. des portes, rendant les maisons sacrées comme si elles étaient un temple.C’est l’une des caractéristiques les plus représentatives des maisons juives.Dans certaines parties du quartier juif de Girona, ces trous pour garder la mezouza peuvent encore être vus. être vu au numéro 33 sur la “Plaça de l’Institut Vell” juste derrière le bar Arc.

Girona mezouzah

3. “La Tolrana``

Il a été dit que dans l’appel il y avait une femme juive très cultivée qui était très respectée et qui suivait la loi mosaïque. Selon la légende recueillie par Carles Vivó, le 17 septembre 1391, son corps a été retrouvé décapité dans la tour Gironella où les habitants de l’appel s’étaient réfugiés à cause des foules causées par les canons de la cathédrale. On dit que depuis lors, son fantôme se promène dans la vieille ville et sa voix peut être entendue pleurer et chanter des gémissements inintelligibles. Si vous voulez entrer dans cette histoire et son mystère, rien de mieux que de visiter les vestiges de la tour Gironella, qui est spécialement récupérée et garnie en mai de l’exposition de fleurs.

Girona Gironella tour

4. La synagogue

Face à l’Orient, il était au cœur du quartier juif, centre de prière, de culture et de vie sociale. Bien que de nos jours aucun vestige ne soit conservé, à Girona, il existe des preuves de trois synagogues différentes. Le premier pourrait être situé sur la place «Apostols», dans le coin fait par le Musée d’Art et la Cathédrale pour être précis. Le second serait situé en haut de la rue Força, à côté du mur qui mène aux Ballesteries, à peu près là où se trouvent aujourd’hui les archives municipales et le musée d’histoire, anciennement siège de l’Institut et même devant un monastère capucin. Et le troisième, qui a été documenté, qui était situé au numéro 5 de la rue Dones, aujourd’hui appelé «Miquel Oliva». Selon la légende, il y avait ici des escaliers souterrains qui menaient à un couloir souterrain qui était utilisé par les Juifs en cas de danger pour traverser la rivière Onyar. En se promenant dans cette zone, il est possible de retrouver l’esprit des sages Nahmànides mieux connus sous le nom de Bonastruc de Porta.

Girona synagogue

5. Cúndaro rue

L’une des images les plus caractéristiques de l’appel à Girona est peut-être l’angle entre l’escalier Pera et la rue Cúndaro. Sa forme urbaine nous ramène au Moyen Âge lorsque les Juifs habitaient cette partie de la ville. Il est en effet documenté que le bâtiment de gauche connu sous le nom de «La Pabordia» a été vendu à un groupe de onze juifs en 1245 tandis que le bâtiment de droite rejoint entre les rues par un passage appartenait au juif Estruc Sa Barra sous la contrôle direct de l ‘«Almonia del Pa de la Seu». Après le décret de l’expulsion juive en 1492, les sites et les maisons retournèrent à la sacristie de la cathédrale.